EUROCANCER 2008
John Libbey Eurotext, Paris © 2008, pp. 71-72
Les cancers du sein basaloïdes

Carcinomes du sein triple négatifs : une entité clinico-pronostique ?
  
P. COTTU,
A. VINCENT-SALOMON
Départements d’Oncologie Médicaleet de Biologie des Tumeurs, Institut Curie, Paris, France.

ARTICLE
   Haut de page

Les analyses des profils d’expression par puces des cancers du sein ont permis d’identifier quatre grandes catégories moléculaires, dites luminales, HER2, basales et normal- like. Ces catégories sont définies par une signature transcriptomique spécifique et reproductible, et sont associées à des évolutions cliniques différentes [1]. Ces classes moléculaires peuvent être identifiées en pratique clinique par les caractéristiques immunophénotypiques des tumeurs. En particulier et suivant la proposition initiale de Nielsen [2], les carcinomes de type basal-like sont définis comme des tumeurs triple négatives c’est-à-dire RO-RP-HER2 (0 % de cellules positives) et exprimant de plus, soit des cytokératines de haut poids moléculaires (cytokératines 5/6/14/17), soit l’EGFR, soit KIT. Si tous les cancers de type basal-like sont triple négatifs, une certaine proportion de carcinomes triple négatifs n’expriment pas de marqueurs basal-like. Cette caractérisation a permis de remettre en perspective cette catégorie des cancers du sein « triple négatifs » qui représentent 10 % à 25 % des cancers du sein. Les deux dernières années ont permis de mieux caractériser les cancers de type basal (basal like breast cancer, BLBC) et triple négatifs (TN) et d’en illustrer l’hétérogénéité morphologique et pronostique.

Sur le plan clinique, les cancers TN affectent plus souvent les femmes jeunes (< 40 ans) et se présentent volontiers comme des cancers de l’intervalle. Ils présentent un pic de rechute avant la deuxième année et entraînent majoritairement le décès avant 5 ans. À 10 ans cependant, le pronostic global des cancers TN rejoint celui des autres formes de cancer du sein. Le profil métastatique des TN est différent des autres catégories tumorales avec, en particulier, des métastases cérébrales et pulmonaires plus fréquentes [3]. La réponse à la chimiothérapie néoadjuvante est plus importante, en particulier car les TN ont une prolifération plus élevée (Le Tourneau et al., SABCS 2007, et [4]).

La meilleure caractérisation morphologique, phénotypique et biologique des cancers TN a permis depuis quelques années d’en préciser les différents sous-types, devant rendre compte des disparités pronostiques. L’entité majeure (plus de 80 % des cancers TN) est représentée par les BLBC, définie par la signature d’expression [1,5] et assez bien caractérisée sur le plan morphologique [2,6]. Le mauvais pronostic des cancers TN serait quasi exclusivement associé aux BLBC [7].

Plus récemment, il a été montré que les TN associés à un stroma lymphoïde et sans cicatrice centrale sont associés à un pronostic plus favorable [8,9]. Ces observations sont à rapprocher du pronostic favorable rapporté de longue date pour les carcinomes de type médullaire qui sont des TN et BLBC [10,11].

Une troisième entité parmi les cancers RO négatifs est celle des cancers de type normal- like, dont les profils d’expression sont proches de ceux des carcinomes HER2 et des BLBC. Ces cancers seraient de meilleur pronostic mais leur description morphologique reste encore floue. D’autres formes encore plus rares sont également de phénotype TN et associés à des pronostics excellents, les cancers sécrétant juvéniles (Lae et al., USCAP 2008) et les cancers adénoïdes kystiques [12]. Enfin, les carcinomes métaplasiques (épidermoïdes ou à cellules fusiformes) [13] forment un autre groupe de carcinomes TN dont le pronostic est probablement plus péjoratif.

Les cancers TN représentent désormais un ensemble hétérogène, sur les plans morphologique et biologique. Leur caractérisation fine sera indispensable pour une évaluation individuelle du pronostic et de la conduite thérapeutique.

  

REFERENCES
   Haut de page

1. Perou CM, Sorlie T, Eisen MB, et al. Molecular portraits of human breast tumours. Nature 2000 406 : 747-52.

2. Nielsen TO, Hsu FD, Jensen K, et al. Immunohistochemical and clinical characterization of the basal-like subtype of invasive breast carcinoma. Clin Cancer Res 2004 ; 10 : 5367-74.

3. Tan DS, Marchio C, Jones RL, et al. Triple negative breast cancer: molecular profiling and prognostic impact in adjuvant anthracycline-treated patients. Breast Cancer Res Treat 2007.

4. Rouzier R, Perou CM, Symmans WF, et al. Breast cancer molecular subtypes respond differently to preoperative chemotherapy. Clin Cancer Res 2005 ; 11 : 5678-85.

5. Sorlie T. Molecular classification of breast tumors: toward improved diagnostics and treatments. Methods Mol Biol 2007 ; 360 : 91-114.

6. Reis-Filho JS, Tutt AN. Triple negative tumours: a critical review. Histopathology 2008 ; 52 : 108- 18.

7. Cheang MC, Voduc D, Bajdik C, et al. Basal-like breast cancer defined by five biomarkers has superior prognostic value than triple-negative phenotype. Clin Cancer Res 2008 ; 14 : 1368-76.

8. Kreike B, van Kouwenhove M, Horlings H, et al. Gene expression profiling and histopathological characterization of triple-negative/basal-like breast carcinomas. Breast Cancer Res 2007 ; 9 : R65.

9. Teschendorff AE, Miremadi A, Pinder SE, et al. An immune response gene expression module identifies a good prognosis subtype in estrogen receptor negative breast cancer. Genome Biol 2007 8 : R157.

10. Bertucci F, Finetti P, Cervera N, et al. Gene expression profiling shows medullary breast cancer is a subgroup of basal breast cancers. Cancer Res 2006 ; 66 : 4636-44.

11. Vincent-Salomon A, Gruel N, Lucchesi C, et al. Identification of typical medullary breast carcinoma as a genomic sub-group of basal-like carcinomas, a heterogeneous new molecular entity. Breast Cancer Res 2007 ; 9 : R24.

12. Azoulay S, Lae M, Freneaux P, et al. KIT is highly expressed in adenoid cystic carcinoma of the breast, a basal-like carcinoma associated with a favorable outcome. Mod Pathol 2005 ; 18 : 1623- 31.

13. Reis-Filho JS, Milanezi F, Steele D, et al. Metaplastic breast carcinomas are basal-like tumours. Histopathology 2006 ; 49 : 10-21.

 

© JLE 2008